réseaux sociaux

Arabesques n°91 - Dossier : Bibliothèques et réseaux sociaux

Des interactions renouvelées avec le public. Depuis quelques années, les bibliothèques universitaires investissent résolument les réseaux sociaux numériques afin d’améliorer leur attractivité auprès de leur public, sans caricaturer leurs ambitions ni leurs missions. À partir de retours d’expériences circonstanciés, ce dossier d’Arabesques offre un éclairage complet et contrasté de ces nouvelles pratiques de médiation numérique.

L’identité numérique du chercheur : quel accompagnement ?

Ce billet souhaite proposer des repères, des exemples, des retours d’expérience et des pistes d’action possibles pour accompagner au mieux les chercheurs...

Des tweets et des likes en bibliothèque

Être sur les réseaux sociaux, pour une institution culturelle, ce serait être là où se trouvent les usagers... Si, depuis une dizaine d’années, les bibliothèques investissent le web social, comment qualifier au juste leur « présence » ? Pour le savoir, faut-il se tourner vers les métriques quantitatives que mettent à disposition les plateformes sociales ? Faut-il s’attacher aux stratégies numériques que mettent en place les bibliothécaires ? Faut-il enquêter auprès des publics ? Des internautes ? Des inscrits ?

 

#DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016

A lire absolument sur le site UrfistInfo cet article très complet et très synthétique pour faire le point sur l’utilisation et la place des réseaux sociaux académiques au sein d’un écosystème scientifique en mouvement [http://urfistinfo.hypotheses.org/3033#more-3033 - publié le 30/08/16 par Aline Bouchard]

Camille Alloing "(E)réputation : médiation, calcul, émotion"

Dans cet ouvrage, la réputation en ligne est analysée et discutée selon quatre prismes : documentaire (comme un ensemble d’indicateurs), algorithmique (comme un élément de gouvernance des plates-formes web), affectif (comme un élément de nos sociabilités connectées) et managérial (car pour les praticiens la réputation numérique « se doit » d’être gérée par les organisations).

Réseaux sociaux académiques... suite

Très récemment plusieurs chercheurs ont annoncé leur décision de supprimer leurs comptes sur ces réseaux sociaux et ils expliquent pourquoi publiquement, avec deux arguments, le premier sur la meilleure visibilité de HAL par rapport à ces réseaux et le risque de prédation des contenus déposés par les chercheurs.

Trois ressources pour organiser et diffuser sa veille professionnelle

"Assurer une veille efficace sans outil professionnel, est-ce vraiment possible ?" par Frédérique Bordignon sur le blog Carnet'IST http://carnetist.hypotheses.org/351 "Comment les médias sociaux ont modifié mes pratiques de veille" par Béatrice Foenix-Riou sur le blog de Recherche-eveillee.com http://www.recherche-eveillee.com/2016/01/comment-medias-sociaux-ont-mod... "Modèle d'une plateforme de veille visant à automatiser la rediffusion de l'information" présenter par Serge Courrier sur Slideshare http://fr.slideshare.net/serge.courrier/modle-dune-plateforme-de-veille-...

Réseaux sociaux de recherche et libre accès, réflexion et arguments

A lire absolument le billet de Rachel Gliese sur le blog Gaïa Universitas, intitulé "Des milliards de données et moi, et moi et moi" qui argumente très efficacement sur la différence entre réseaux sociaux académiques et archives ouvertes.

"Connaître les conditions d’utilisation des réseaux sociaux scientifiques" - site CoopIST du Cirad

A lire, à faire lire et à utiliser cette très bonne ressource sur les réseaux sociaux recherche. Ces pages du site CoopIST du Cirad font le point sur les conditions d'utilisations et les bonnes pratiques sur trois des plus importants réseaux sociaux scientifiques à savoir ResearchGate, Academia et MyScienceWork.

Guide d’autodéfense numérique, second tome dédié aux enjeux liés de l'utilisation des réseaux et d'Internet

On trouve dans ce « Guide d'autodéfense numérique » enfin complet des éléments de compréhension de l’outil informatique et de ses failles, des éléments de réflexion permettant d’élaborer et de mettre en place des « politiques de sécurité » et des outils permettant à quiconque d’apprendre et de répandre des pratiques de protection appropriés à chaque situation.